««« Retour share
journal n°731 - publié le 06/03/2014

L’autre Fête du Port

Chaude ambiance sur les quais niçois pour évoquer le futur proche. Forcément mieux.

Un peu de fraîcheur à l’heure où l’on parle de pôle d’excellence et de vague submersion : les usagers du port de Nice, professionnels, plaisanciers et riverains compatissants se sont retrouvés à l’occasion de la traditionnelle Fête des Amoureux du Port, le 27 février dernier, accueillis par Rodolphe Striga, président de Nice Union Maritime (NUM 06), association dédiée.

 

L’occasion de rappeler les enjeux et perspectives propres à assurer la pérennité de notre bassin Lympia : «redessiner les quais pour mieux accueillir ferries et plaisanciers, surtout l’été, éloigner les trafics gênants des lieux de vie grâce à un plan d’eau rendu plus cohérent, héberger des unités de croisière haut de gamme sur des postes modernes et soucieux de l’environnement… Un projet qui a rencontré un consensus général, et il est l’heure de se mettre en marche pour l’avenir de nos entreprises, de nos enfants et de notre ville», scande un président Striga en grande forme.

Et rempli d’idées : «pourquoi ne pas réfléchir à un service de transport par la mer pour les salariés monégasques ?» Une façon comme une autre d’utiliser le parking de la Douane dans son option «relais»… «Pourquoi ne pas faire transiter le kérosène par la mer plutôt que par route ? Chaque jour, de 40 à 75 camions font la navette entre Fos et l’aéroport de Nice…»

 

 

Et puis, il y a LE projet, que l’on pourrait réaliser, pourquoi pas, par petites touches pour laisser les sternes nicher tranquillou: un bout de quai à l’embouchure du Var, appelé des vœux communs, pour y faire accoster marchandises et croisiéristes et les ré-orienter directement sur l’asphalte, le rail ou dans les airs… «N’écoutez pas ceux qui vous disent que c’est techniquement infaisable, regardez New York ou Gênes, ça marche !»

Et de conclure avec un brin d’humour : «j’ai un trou de mémoire, rappelez-moi, ce ne serait pas là l’OIN, territoire d’excellence pour nos entreprises ? Et n’aurait-on pas oublié d’y prévoir une façade maritime?» Comme quoi au port de Nice, on peut faire la fête et rester opérationnels… Il faudra s’en rappeler quand viendra l’heure d’accueillir le tram’ sur les quais, une hypothèse que le NUM 06 rejette.

 

 

 

 


Isabelle Auzias