««« Retour share
journal n728 - publi le 13/02/2014

Emploi : les cadres passent entre les gouttes de la crise

La rgion PACA reste une terre fertile en matire de recrutement de cadres. Cest ce que dmontre le dernier bilan de lApec.

Dans cette période où la crise n’épargne personne, la catégorie des cadres est l’une des rares à limiter la casse.

Après une large baisse en 2012, l’embauche est repartie à la hausse en 2013 selon les derniers chiffres de l’Apec. L’organisme fait état de 163.400 recrutements en France et 9.610 pour la région PACA. 

«En faisant le différentiel entre recrutements et destructions d’emplois, la région PACA est la seule en France à ne pas observer une diminution des créations de postes» précise Bruno Jonchier, responsable des relations entreprises pour l’Apec sud-est. Soit 2.360 créations pures en 2013, ce qui porte les effectifs de cadres en PACA à 216.800 (18% des salariés du privé).

 

Plusieurs raisons à ce dynamisme régional, à commencer par un secteur des services toujours aussi porteur. Il représente 72% des recrutements de cadres l’an passé. Les services à la personne et le BtoB tiennent le haut du pavé, de même que les métiers d’études, de recherche et de développement (merci Sophia Antipolis…).  «Le secteur de l’industrie, s’il ne représente que 9% des créations, reste également porteur avec dans la région des activités d’aéronautique, de chimie, de  pétrochimie et de nucléaire» rajoute Bruno Jonchier.

Ce bilan 2013 honorable souligne «l’attractivité de la région et la compétitivité des entreprises.»

 

Selon l’enquête Panel Apec Entreprises menée fin 2013 auprès de 11.000 entreprises de l’Hexagone, la tendance devrait se poursuivre en 2014.

Entre 163.500 et 171.200 recrutements sont envisagés au plan national. La région PACA devrait connaître une hausse de recrutement comprise «entre 1 et 7%». «Les entreprises restent attentistes et prudentes face à l’avenir et aux réformes qui se profilent, notamment le pacte de compétitivité,» analyse-t-on à l’Apec.

L’organisme souhaite cette année concentrer ses efforts sur la formation et sur les catégories les plus fragiles : les jeunes diplômés et les cadres de plus de 20 ans d'expérience.

 

 

 


Pierre-Olivier Burdin