««« Retour share
journal n724 - publi le 16/01/2014

Eco : et maintenant ?

Il est un coche que nos chefs dentreprises ne veulent pas manquer : celui des Municipales. Avec lespoir de quelques promesses finalement tenues

 

visuels1_300Dans le microcosme politique local, la tendance est à la «charte» : bonnes manières exigées pour qui souhaite intégrer une liste.

Dans l’univers entrepreneurial, on parle plutôt de «pacte» : une sorte de franche poignée de mains entre un tandem CCI/UPE bien soudé et des candidats interpellés sur leur volonté réelle à soutenir l’économie de proximité.

 

Ainsi, potentiels élus du littoral ou des grandes villes plus en avant dans les terres sont-ils actuellement interrogés, sur la base d’un préalable questionnaire auquel 600 chefs d’entreprises (voir illustrations ci-contre) maralpins ont répondu.

 

visuels2_300Nom de code : Pacte Economique 2014, la saison 2 d’une initiative née des précédentes échéances (2008).

 

Il s’agira pour nos futurs édiles d’identifier les priorités qui seront les leurs en matière de développement économique, sachant que du terrain, certaines demandes se font pressantes : pause de la fiscalité locale, soutien à l’emploi, aux transports, au logement des actifs ou à l’accueil des entreprises, les préoccupations sont multiples et afférentes à la taille ou au type d’activité de chaque entreprise.

 

Un Pacte Eco présenté ce mardi par Laurence Chaleil, vice-présidente de l’UPE 06, qui rimerait presque avec le Pacte de Confiance décliné le même jour par visuels3_300_01François Hollande par petit écran interposé.

 

 

Revenons à nos patrons : en 2008, ils avaient exigé de leurs politiques la création de ZAC, la relance de Sophia, le coup de pouce à l’OIN, une augmentation de la production annuelle de logements, sur une offre plus diversifiée.

Ils s’étaient aussi positionnés sur une amélioration des transports en commun (la moindre des choses lorsque l’on y participe via taxes sonnantes et trébuchantes), et s’interrogeaient sur le bien fondé d’agglos un peu provoquées (Pays de Lérins en tête). Car que faire de bonnes volontés manifestes, si visuels4bis_300lespouvoirs et compétences sont dispatchés à d’autres échelles ?


 

Qu’entendent-ils par environnement économique, nos chefs d’entreprises ? De concert, ils réclament plus de logements (et une préférence marquée pour les actifs en termes d’attribution), plus de transports vers les zones d’activités, mais aussi une amélioration du biotope législatif et fiscal, qui gène au développement harmonieux des sociétés, les obligeant parfois à se délocaliser sur d’autres régions plus attractives.

Ils demandent aussi un gros effort sur les locaux d’activités : il manquerait 155.000m² sur le seul département… «Il faut que les maires changent de braquet, et franchement», assène Laurence Chaleil. 

 

visuels5bis_300
 

Seule inconnue : si nos futurs maires ont effectivement été consultés, ont-ils seulement les mains libres ? Quid des communautés d’agglo qui chapeautent désormais leurs missions sur l’ensemble du territoire maralpin ?

Les 600 chefs d’entreprises qui ont répondu au questionnaire consulaire ne sont pas dupes : les décisions se prennent ailleurs que sur le pas de leur porte. Il n’en reste pas moins que les avis sont unanimes : fiscalité locale, faites une pause ! Sur la CFE par exemple (contribution foncière des entreprises), cette nouvelle taxe professionnelle qui reste sous la responsabilité des maires.

 visuels6_300

 

Et élus de toutes collectivités mêlées, donnez-nous des maisons : 5.000 logements par an, c’est la cadence qu’il faudrait tenir pour que chaque salarié soit à son aise dans ses pantoufles. Autre vœu en ce début d’année: simplifier les démarches, dans leur forme et dans leur fond. «Il faut aller plus loin», scande Bernard Kleynhoff. Un appel qui a été entendu à 800 km de là : en direct de l’Elysée, François Hollande l’a promis, «un deuxième train de mesures de simplification est à venir, dès le mois d’avril.» Décidément, vivement la fin des élections !

 



visuels7bis_300






 

 

 




Isabelle Auzias