background image
l
Vendredi 6 d¨¦cembre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
42 l
D¨¦tente
D¨¦tente
Market Zone >
Quand les artistes font leur march¨¦,
a se nomme (aussi) un workshop
Un passionnant projet artistique transfrontalier dans l¡¯espace public.
rtistes explorateurs, red¨¦-
couvrant la magie des
lieux, pointant les impacts
soci¨¦taux sur le th¨¨me des
march¨¦s... Pourquoi les
march¨¦s ? Parce qu¡¯ils sont au
cur des villes, ¨¤ la convergence
de multiples probl¨¦matiques,
de l¡¯am¨¦nagement urbain ¨¤ la
consommation, du recyclage aux
flux de circulation, de l¡¯architec-
ture au d¨¦veloppement durable.
L¨¤ s¡¯¨¦changent biens et paroles,
entrent en contact tradition et
modernit¨¦, zones rurales ou den-
sifi¨¦es, milieux sociaux divers,
commerants et ¨¦diles.
Abord¨¦ de faon pragmatique,
le projet a ¨¦t¨¦ initi¨¦ en 2011 par
l¡¯¨¦quipe organisatrice compos¨¦e
en PACA de Del¡¯Art dirig¨¦e par
Florence Forterre avec Claire
Migraine (Thankyouforcoming)
comme commissaire associ¨¦e et,
en Italie par Art.Ur, pr¨¦sid¨¦e par
Michela Guigia en tandem avec
Michela Saccheti. Entranant,
¨¤ Cuneo comme ¨¤ Nice, de nombreuses struc-
tures culturelles dans son sillage, soutenu depuis
d¨¦cembre 2012 par l¡¯Union europ¨¦enne, Market
Zone pose la question de la responsabilit¨¦ de l¡¯ar-
tiste dans la cit¨¦. Certes, il est bien question de
commande publique et d¡¯appel ¨¤ projets lanc¨¦ en
mars 2013 (s¨¦lection r¨¦alis¨¦e en juin), mais au-
del¨¤ des proc¨¦dures administratives, l¡¯enjeu est de
savoir comment des artistes peuvent apporter des
id¨¦es nouvelles, donner naissance ¨¤ des uvres,
¨¤ des ¨¦v¨¦nements. Citoyens dans la cit¨¦, les par-
ticipants se sont r¨¦unis ¨¤ Cuneo en octobre puis
¨¤ Nice ces derniers jours pour d¡¯actifs workshops
afin de travailler ¨¤ une initiative itin¨¦rante qui se
tiendra pendant trois semaines, ¨¤
l¡¯automne 2014, sur notre march¨¦
de la Lib¨¦ration puis ¨¤ Cuneo.
Pendant leur semaine nioise, les
artistes s¨¦lectionn¨¦s se sont int¨¦res-
s¨¦s ¨¤ la place de l¡¯art contemporain
sur la Cte d¡¯Azur, tant du point de
vue historique qu'actualis¨¦, visitant
expositions, galeries et lieux alter-
natifs, avant de se pencher sur les
enjeux de la production locale, les
implications politiques et soci¨¦tales,
l¡¯importance de la relation ¨¤ l¡¯alimen-
tation et ¨¤ la cuisine. Petite balade
nocturne en tramway et ¨¦tude du
d¨¦veloppement urbain du quartier
de la Lib¨¦ avec Michel Bensa et Marc
Barani, l¡¯un des parrains de l'op¨¦ra-
tion, tout comme l¡¯artiste St¨¦phane
Magnin. Un joli zeste d¡¯architecture
d¡¯int¨¦rieur avec la participation de
Matali Crasset, et dans l¡¯amphi-
th¨¦tre d¡¯Arson, une passionnante
conf¨¦rence sur la place et le sens de
la commande publique.
Original, structur¨¦, riche de sens
et d¡¯avenir, Market Zone dynamise
autour d¡¯un projet tr¨¨s concret de nombreuses
forces cr¨¦atives, resituant positivement l¡¯artiste
dans la cit¨¦, dans sa fonction de r¨¦flexion et d¡¯im-
pulsion.
Liliane Tiberi
A
Restaurant >
Jan, de la chaleur du bush
au Marais niois
El¨¦gante partition franaise contemporaine ¨¤ notes originales.
i depuis ses quinze ans, Jan Hen-
drick pratique l¡¯univers culinaire,
d¨¦couvert dans l¡¯¨¦tablissement
familial et les fermes de son pays
d¡¯origine, il est aussi pass¨¦ par la case
photographe au r¨¦el talent et chroni-
queur de presse ¨¤ Paris pour Elle Inter-
national. Le tout sans perdre un iota de
son sourire, de sa s¨¦r¨¦nit¨¦ et de cette
¨¦l¨¦gance qui respirent dans le cadre
qu¡¯il a su cr¨¦er autour de la pr¨¦cision
de ses assiettes.
Des ¨¦tapes successives de son
apprentissage ¨¤ Johannesburg puis au
City & Guilds International Culinary
School o¨´ il d¨¦couvre l¡¯art d¨¦licat de la
ptisserie, il approfondit ses connais-
sance en 5*, poursuit une licence de
design, gagne Paris puis occupe un
poste de directeur ex¨¦cutif d¡¯une mai-
son de Champagne, et, apr¨¨s deux
ann¨¦es comme chef de brigade ¨¤ bord
d¡¯un yacht mon¨¦gasque, le voici amarr¨¦
rue Lascaris ¨¤ Nice. Murs bleu canard
¨¤ l¡¯ancienne et pierre apparente, jolis
meubles, miroirs, tableaux, vaisselle de
qualit¨¦, service impeccable driv¨¦ par
un matre d¡¯htel grand professionnel,
le tout se cantonnant dans de fort rai-
sonnables additions.
Le menu de saison ¨¤ 75 est une belle
opportunit¨¦ de d¨¦couverte. Amuse-
bouche, trois plats tr¨¨s soign¨¦s, fro-
mage et deux desserts suivis de caf¨¦ et
mignardises. Les noix de Saint-Jacques
po¨ºl¨¦es aux c¨¨pes, parmesan et mousse
de truffe, sauce de persil, pommes de
terre violettes rties ne peuvent laisser
indiff¨¦rent, comme, au gr¨¦ des plats,
une pur¨¦e de chtaigne dor¨¦e au foin,
une fourme d¡¯Ambert, poire poch¨¦e au
vin rouge ou un moelleux caramel. Carte
des vins originale en sus. Il est ¨¦vident
que ces raffinements ont vocation ¨¤ ¨ºtre
¨¦toil¨¦s. C¡¯est donc le moment d¡¯y courir,
d¡¯autant plus qu¡¯un petit menu du jour ¨¤
22 entr¨¦e/plat/dessert, a ne risque pas
de se trouver tous les jours dans cette
gamme, et m¨ºme si vous d¨¦jeunez l¨¦ger
(entr¨¦e/plat ou plat/dessert ¨¤17). A tes-
ter aussi, de d¨¦licieux jus press¨¦s frais
¨¤ 6 en prime. Au cur de ce Marais
niois qui affirme son raffinement entre
port, Garibaldi et Barla, une adresse ¨¤
suivre.
Liliane Tiberi
12, rue Lascaris ¨¤ Nice - 04 97 19 32 23
www.restaurantjan.com
S
Patrimoine >
Le citron de Menton
¨¤ la reconqu¨ºte de son terroir
L¡¯IGP de l¡¯agrume identitaire devrait arriver le 6 f¨¦vrier.
ne IGP, c¡¯est bien, mais
encore faut-il parvenir ¨¤
disposer d¡¯une production
suffisante pour en tirer
b¨¦n¨¦fice et relancer v¨¦ritable-
ment une agrumiculture. Quand
on parle de 400 arbres ¨¤ Menton,
c¡¯est voir d¨¦j¨¤ tr¨¨s, tr¨¨s large.
Les terrains sont souvent pen-
tus, peu accessibles, les murets
mal entretenus, l¡¯acc¨¨s diffi-
cile. La relance passe par une
modernisation, une rationalisa-
tion car, aujourd¡¯hui, pass¨¦e la
g¨¦n¨¦ration de productueurs g¨¦s, pr¨ºts ¨¤ parvenir sur leur terrain
apr¨¨s avoir march¨¦ dix minutes sur un chemin avec leur mat¨¦riel,
la volont¨¦ de reprise passe par la rentabilit¨¦. Il faudra aussi monter
en puissance du ct¨¦ des transformateurs pour ¨ºtre en coh¨¦rence
avec un discours soulignant la haute valeur gustative de l¡¯agrume
d¡¯or. Le marketing c¡¯est efficace, ¨¤ condition qu¡¯il s¡¯ancre dans une
r¨¦alit¨¦ d¨¦passant les charmes du produit traditionnel comme il en
existe tant.
L¡¯APCM (Association pour la Promotion du Citron de Menton)
conjugue ses efforts avec ville, CARF, Conseil g¨¦n¨¦ral, R¨¦gion et Etat
pour parvenir ¨¤ une relance, avec recherche de terrains, gestion
du dossier IGP, subventions... Regroupant les diff¨¦rents acteurs de
la fili¨¨re, elle a permis, depuis 2004, la plantation de 3.000 arbres.
Cette dynamique avance ¨¤ pas de fourmis, mais elle avance. Les
propri¨¦taires de terrains sont ouverts d¨¦sormais ¨¤ l¡¯id¨¦e de location
en fermage. C¡¯est le cas sur une petite parcelle de bonne terre de
1.200m, situ¨¦e ¨¤ proximit¨¦ de la bretelle d¡¯autoroute, appartenant
¨¤ une Mentonnaise de 86 ans demeurant ¨¤ Saint-Gaudens qui a
lou¨¦ son terrain pour 15 ans. 55 pieds, une aventure familiale pour
deux passionn¨¦s qui commenceront ¨¤ r¨¦colter ¨¤ la veille de leur
retraite et entranent leurs rejetons dans l¡¯aventure. Le recense-
ment des parcelles potentiellement disponibles devrait permettre
¨¤ d¡¯autres sympathiques aventures de voir le jour, mais il faudra de
vrais domaines pour parler s¨¦rieusement de relance ¨¦conomique
et pas seulement d¡¯agr¨¦ment paysager.
L.T.
U
Workshop ¨¤ Nice dans le cadre de Market Zone, d¨¦couverte du march¨¦ de la Lib¨¦ration.
Claire Migraine