background image
l
Vendredi 6 d¨¦cembre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
14 l
Entreprise
Entreprise
GSF reste fid¨¨le ¨¤ sa strat¨¦gie
de croissance organique
Professionnaliser les m¨¦tiers de la propret¨¦, c¡¯est le credo de GSF, le num¨¦ro quatre
du secteur en France. Sophia Antipolis accueille le si¨¨ge et le centre de formation du groupe.
r¨¦¨¦ il y a 50 ans par Jean-Louis Noisiez,
le groupe ind¨¦pendant se d¨¦marque de
ses concurrents. Il privil¨¦gie la croissance
organique et se focalise sur son cur de
m¨¦tier, sans c¨¦der aux sir¨¨nes de la diversi-
fication tous azimuts. Une strat¨¦gie gagnante qui
a permis ¨¤ GSF, dans un march¨¦ franais en
faible croissance, d¡¯enregistrer en 2012 une
hausse de chiffre d¡¯affaires de 9,2% ¨¤ 659,7M.
Et de signer pas moins de 897 nouveaux contrats.
Leader dans la fili¨¨re nettoyage de l¡¯agroali-
mentaire, le groupe mise sur deux secteurs
pour acc¨¦l¨¦rer son d¨¦veloppement, les trans-
ports (+24,5% en 2012), plus particuli¨¨rement
l¡¯a¨¦roportuaire, et la sant¨¦ (+6,8%) avec la signa-
ture de beaux contrats avec les plus grands ¨¦ta-
blissements hospitaliers en France. Le potentiel de
croissance dans ce dernier domaine est important
compte tenu du retard (¨¤ 63%, la France se situe
sept points en dessous de la moyenne europ¨¦enne)
du mouvement d¡¯externalisation des prestations de
propret¨¦. Motiv¨¦ par un objectif de croissance de
15% par an, GSF investit dans la formation pour
consolider son expertise dans ce secteur sensible.
Le groupe s¡¯est dot¨¦ d¡¯un plateau sant¨¦ install¨¦ au
sein de son centre de formation de Vallauris pour
reconstituer l¡¯environnement d¡¯une chambre d¡¯h-
pital et d¡¯un bloc op¨¦ratoire (notre vid¨¦o) afin de
former les agents, chefs d¡¯¨¦quipe et inspecteurs aux
techniques de propret¨¦ sp¨¦cifiques au secteur
sant¨¦. Nous investissons beaucoup dans la forma-
tion ¨¤ laquelle GSF a consacr¨¦ 2,49% de sa masse
salariale assure Bernard Leveau, vice-pr¨¦sident
du groupe.
GSF, qui emploie aujourd¡¯hui plus de 28.000
salari¨¦s, vise le cap des 800M de chiffre d¡¯affaires
¨¤ l¡¯horizon 2016 avec une ambition martel¨¦e par
le pr¨¦sident fondateur du groupe, toujours action-
naire majoritaire, rester ind¨¦pendant. Pour cela
Jean-Louis Noisiez a pr¨¦par¨¦ le terrain. Aux ct¨¦s
de la soci¨¦t¨¦ en commandite par actions qui garan-
tit les int¨¦r¨ºts de sa famille, il a mis en place une
structure de pilotage, GSF Partenaires, qui r¨¦unit
ses plus proches collaborateurs : Bernard Leveau,
vice-pr¨¦sident ex¨¦cutif, Marie-H¨¦l¨¨ne Garence,
directrice des affaires juridiques et sociales, Yves
Magaux, directeur financier et Thierry Ch¨¦ron,
directeur g¨¦n¨¦ral. Rd¨¦s aux m¨¦thodes de mana-
gement qui font la culture d¡¯entreprise du groupe
et son succ¨¨s, ils suivront fid¨¨lement la feuille de
route.
Christiane Navas
www.gsf-fr.net
C
Patrick Basquez,
directeur g¨¦n¨¦ral
d¨¦l¨¦gu¨¦ aux
ressources
humaines de GSF,
et Olivier Gu¨¦rin,
praticien hospitalier
au CHU de Nice
et vice-pr¨¦sident
du CNR Sant¨¦,
visitent la nouvelle
unit¨¦ vallaurienne
(voir notre vid¨¦o).
Dans l'actu >
Premi¨¨re Nuit du commerce ¨¤ la CCI
A quelques jours des Entreprenariales, la Chambre consulaire
a organis¨¦ une soir¨¦e d¨¦di¨¦e aux services aux commerants.
aire le plein d¡¯id¨¦es, de conseils
et booster votre activit¨¦ com-
merciale, l¡¯objectif de cette
premi¨¨re ¨¦dition qui s¡¯est
tenue ce 2 d¨¦cembre boule-
vard Carabacel. Jusqu¡¯au bout de la
nuit, c¡¯¨¦tait lampions, socca et barbe
¨¤ papa ¨¤ l¡¯ext¨¦rieur, et des stands plus
studieux ¨¤ l¡¯int¨¦rieur.
En une soir¨¦e et un lieu unique,
commerants, restaurateurs, diri-
geants d¡¯unions commerciales,
d¨¦cideurs et collectivit¨¦s pouvaient
d¨¦couvrir les tendances, s¡¯informer
sur les concepts et id¨¦es du commerce
de demain, trouver des r¨¦ponses ¨¤
leurs questions, b¨¦n¨¦ficier des conseils
de professionnels pour d¨¦velopper leur
activit¨¦ et rencontrer d¡¯autres com-
merants.
Cinq espaces ¨¦taient propos¨¦s
dans les locaux du Palais : les f¨¦d¨¦ra-
tions et unions commerciales enga-
g¨¦es dans le programme F¨¦d¨¦ 2015 de
la CCI pr¨¦sentaient leurs rles et mis-
sions, plus loin l¡¯on pouvait s¡¯informer
sur les diff¨¦rents dispositifs de forma-
tion, les d¨¦marches pour accueillir un
apprenti ou chercher un stagiaire¡­
Une zone ¨¦tait r¨¦serv¨¦e aux Talents
made in Cte d¡¯Azur, o¨´ les visiteurs
pouvaient rencontrer et ¨¦changer
avec les Matres restaurateurs, les
laur¨¦ats de la marque Qualit¨¦ Tou-
risme et la promo azur¨¦enne 2013
des Mercure d¡¯Or. L¡¯espace Conseils
et bonnes pratiques s¡¯appuyait sur
10 th¨¦matiques, notamment l¡¯acces-
sibilit¨¦ ou les r¨¦seaux sociaux. Enfin
l¡¯espace D¨¦couvertes proposait une
vingtaine de solutions et concepts
pour d¨¦velopper son activit¨¦.
Une soir¨¦e fort fr¨¦quent¨¦e,
o¨´ l'on a crois¨¦ Laurent Lon-
deix, directeur r¨¦gional d¡¯Orange
(partenaire de l¡¯¨¦v¨¨nement) : avec le
pr¨¦sident Kleynhoff, ils ont sign¨¦ une
convention par laquelle le groupe et
la CCI s¡¯associent dans la d¨¦marche
d¡¯animation du tissu ¨¦conomique
azur¨¦en pour la promotion du
num¨¦rique comme facteur de
d¨¦veloppement ¨¦conomique du ter-
ritoire.
Lizza Paillier
F
n¡ã
104
Peu de s¨¦ances protocolaires pour cette premi¨¨re Nuit du commerce azur¨¦en,
et une convention sign¨¦e dans la joie et la bonne humeur.