background image
l
Vendredi 15 novembre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
5 l
idactique, le patron des
patrons. En 15 minutes, il
aura expos¨¦ son cinglant
diagnostic et propos¨¦ ses
solutions pour lutter contre le
chmage, avec pour objectif de
convaincre nos ¨¦lus qu'il faut
faire le choix de l'entreprise. (...)
Il faut travailler sur l'emploi, et
c'est un concept qui n'est ni de
gauche, ni de droite, tout le monde
comprend que nous nous battons
pour l'emploi dans notre pays.
Et ce ne sont pas les cr¨¦ations
de postes aid¨¦s ou subvention-
n¨¦s qui vont r¨¦gler le probl¨¨me,
car ce sont les entreprises qui
cr¨¦ent des emplois. Quelques
(moroses) chiffres sont rappe-
l¨¦s, les motifs de m¨¦contente-
ment aussi, certains redondants,
d'autres moins, et Pierre Gattaz
d¨¦nonce clairement un manque
d'enthousiasme g¨¦n¨¦ral et des
r¨¦formes qui semblent vides de
sens pour ceux qui les subissent.
Il n'emp¨ºche, Pierre Gattaz se
veut optimiste et lance le projet
2020, une France qui gagne.
Dans le viseur : passer sous la
barre des 7% de chmage d'ici
cinq ans, en cr¨¦ant un million
d'emplois (voir notre vid¨¦o).
C'est possible, ¨¤ condition que
le gouvernement s'engage sur six
chantiers: cot du travail et
fiscalit¨¦ en t¨ºte... Mais le pr¨¦si-
dent du MEDEF a d'autres d¨¦fis
dans sa ligne de mire. La simpli-
fication administrative et r¨¦gle-
mentaire d¨¦j¨¤ en marche, le
financement des entreprises, les
freins ¨¤ l'emploi, en travaillant
notamment sur l'employabi-
lit¨¦ des salari¨¦s, de faon ¨¤ ce
qu'eux-m¨ºmes aient moins peur
de se faire licencier et que nous,
patrons, ayons moins peur d'em-
baucher. Et surtout, fonda-
mentale, la baisse des d¨¦penses
publiques : 100Mds sur cinq
ans, oui c'est possible, a ne fait
que 20 milliards par an, ¨¤ compa-
rer avec 1.150Mds de d¨¦penses.
C'est 1,7% de baisse, a n'est pas
insurmontable, nous faisons
bien plus dans nos entreprises
quand elles sont en crise.
Pierre Gattaz veut surtout
que les r¨¦formes engag¨¦es par le
gouvernement, et donc que les
efforts consentis aient un sens.
Ce sont les six chantiers que
nous avons mis sur la table avec
le pr¨¦sident de la R¨¦publique.
L'id¨¦e, c'est que a bouge, il y a
urgence. Nous ne pouvons pas
attendre des mois que le ch-
mage se d¨¦grade, que les Bon-
nets rouges envahissent toute la
France, que nous soyons dans la
rue, ce qui n'est pas du tout notre
genre au MEDEF. Nous sommes
l¨¤ pour ¨ºtre force de propositions,
pour un MEDEF de combat, un
MEDEF d'enthousiasme, pour
une France qui gagne. Faisons
confiance aux entreprises, aux
entrepreneurs, et surtout ¨¤ nos
¨¦quipes, car c'est avec elles que
l'on gagnera.
Lizza Paillier
alle surchauff¨¦e et dner-spectacle ¨¤ guichets
ferm¨¦s : l¡¯UPE 06 a r¨¦ussi le pari un peu fou de
rassembler quelque 1.200 chefs d¡¯entreprises et
d¨¦cideurs de haute vol¨¦e pour c¨¦l¨¦brer quatre
d¨¦cennies de combats patronaux. Beaucoup d'embl¨¦-
matiques past-pr¨¦sidents ¨¤ la table d¡¯honneur, certains
vivement int¨¦ress¨¦s par l¡¯infernal ballet des Catwomen
(voir vid¨¦o), d¡¯autres galvanis¨¦s par les propos pr¨¦limi-
naires de Pierre Gattaz, pr¨¦sident du MEDEF. Hom-
mage par vid¨¦o interpos¨¦e ¨¤ tous ceux qui ont bti
l¡¯UP, mandat apr¨¨s mandat. Appui des politiques de
tous bords, voire programme d¨¦taill¨¦ pour Christian
Estrosi, combatif et prolixe comme ¨¤ son habitude.
Union de rigueur autour de l¡¯innovation, de l¡¯export, de
l¡¯investissement, les trois mamelles du renouveau ¨¦co-
nomique durable. Et surtout joyeuses agapes, commu-
nion g¨¦n¨¦rale, gourmandise affich¨¦e pour les disciples
d¡¯Yvon Grosso, grand ordonnateur de l¡¯¨¦v¨¦nement qu¡¯il
pr¨¦pare depuis de longs mois avec sa garde rappro-
ch¨¦e. La Nuit de l¡¯UPE 06 aura tenu ses promesses :
de l¡¯¨¦motion, du partage, toutes g¨¦n¨¦rations d¡¯entre-
preneurs confondues. Le pr¨¦sident Grosso l¡¯avoue, il
n¡¯a pas ¨¦t¨¦ si facile de r¨¦unir, en ces temps moroses, la
grande famille du patronat et de la soci¨¦t¨¦ civile azu-
r¨¦enne. Et pourtant, rares sont ceux qui manquaient ¨¤
l¡¯appel, preuve que l¡¯union, aux heures difficiles, reste
une valeur refuge.
Isabelle Auzias
Actualit¨¦
Actualit¨¦
UPE 06 : 40 ans sabre au clair
et pied au plancher
Tuesday night fever pour la soir¨¦e anniversaire de l¡¯Union patronale azur¨¦enne ¨¤ Acropolis ce 12 novembre.
S
A gROgNE¡­
L¡¯UPA au combat¡­ de proximit¨¦
1,1 milliard d¡¯euros de charges fiscales et sociales
suppl¨¦mentaires en 2013, encore 100 millions de
plus en 2014, les hausses de TVA au 1er janvier
prochain, les nouveaux pr¨¦l¨¨vements s¡¯ajoutent ¨¤
la crise pour asphyxier les chefs d¡¯entreprises de
l¡¯artisanat, du commerce de proximit¨¦ et l¡¯ensemble
des travailleurs ind¨¦pendants. La supplique de
l¡¯UPA au niveau national, qui additionne les chiffres
pour montrer l¡¯exemple¡­ ¨¤ ne pas suivre. Le
nombre de d¨¦faillances d¡¯entreprises ne cesse
de crotre (+4,3% dans les structures employant
moins de 11 salari¨¦s de juillet 2012 ¨¤ aot 2013,
soit 54.000 d¨¦faillances en sus sur un an ¨C sources
Banque de France). Cette fois la coupe est pleine,
et l¡¯Union des artisans redoute un immense plan
social ¨¤ l¡¯¨¦chelle du premier employeur de France.
Alors, avant que de sonner le glas, on mobilise les
patrons, et m¨ºme au del¨¤ si affinit¨¦s, pour un seul
objectif : amener le gouvernement ¨¤ prendre en
compte nos demandes. A Nice, on a r¨¦cemment
p¨¦titionn¨¦ pour un tram¡¯, rebelote chez les artisans
pour appuyer quelques r¨¦criminations maintes fois
comment¨¦es : ¨¤ l'unisson, ils prnent le retrait des
charges suppl¨¦mentaires impos¨¦es depuis le d¨¦but
de l¡¯ann¨¦e, le remplacement du cr¨¦dit d¡¯impt com-
p¨¦titivit¨¦ emploi par une baisse directe du cot du
travail, la suppression dure et simple de la cotisation
d¡¯allocations familiales pay¨¦e par les employeurs et
les travailleurs ind¨¦pendants (et la prise en charge
des prestations familiales par le budget de l¡¯Etat
d¨¨s 2014), la r¨¦vision du mode de calcul de l¡¯impt
sur le revenu, ou encore l¡¯orientation prioritaire des
contrles fiscaux et sociaux vers les activit¨¦s non
d¨¦clar¨¦es et autres entreprises low cost¡­ Et bien
sr haro sur l¡¯auto-entrepreneur et son statut jug¨¦
profond¨¦ment d¨¦loyal.
La mobilisation a commenc¨¦ ce 13 novembre sous
la banni¨¨re des Sacrifi¨¦s, mais pas r¨¦sign¨¦s. Les
artisans demandent aux Franais (ou plutt aux
Patriotes, comme dirait Yvon Grosso) de signer la
p¨¦tition www.sauvonslaproximite.com, large cam-
pagne de communication ¨¤ l¡¯appui, rappelant que
le pays compte 2,3 millions de chefs d¡¯entreprises
artisanales (64% des entreprises ¨C source RSI).
Sans doute de quoi faire r¨¦agir, ¨¤ deux foul¨¦es et
demi des ¨¦lections.
IA
Yvon Grosso plutt bien arm¨¦ pour passer le cap de la quarantaine.
Sur notre vid¨¦o, Pierre Gattaz explIque qu'un million d'emplois en
cinq ans, c'est possible, ¨¤ condition que l'environnement social,
fiscal et r¨¦glementaire s'am¨¦liore.
Contre le chmage, le MEDEF
En ap¨¦ritif, Pierre Gattaz a pr¨¦sent¨¦ son projet 2020, une France qui gagne.
Ou comment cr¨¦er un million d'emplois en cinq ans.
D