background image
l
Vendredi 8 novembre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
3 l
Actualit¨¦
Actualit¨¦
nterpeller les candidats sur
les enjeux ¨¦conomiques et
obtenir leur engagement
sur les priorit¨¦s d¨¦fendues
par les socio-¨¦co-pros d¨¦parte-
mentaux : m¨ºme objectif qu¡¯en
2008, avec l¡¯ambition affich¨¦e
de monter le son ct¨¦ CCI et
UPE. Ct¨¦ priorit¨¦s, cap cette
ann¨¦e sur la fiscalit¨¦ des entre-
prises, l¡¯accueil et le d¨¦veloppe-
ment des structures (s¨¦curit¨¦,
formalit¨¦s administratives, fon-
cier, immobilier d¡¯activit¨¦¡­),
les r¨¦currents probl¨¨mes de
transport et de logement des
actifs, l¡¯environnement et le
d¨¦veloppement durable et enfin
le coup de pouce ¨¤ l¡¯emploi.
Nous demandons ¨¤ l¡¯ensemble
de nos adh¨¦rents de prendre
cinq minutes pour r¨¦pondre ¨¤
un petit sondage via www.pac-
teeco06.fr, afin d¡¯affiner notre
questionnaire 2014
: Yvon
Grosso compte avant tout sur
ses troupes entrepreneuriales.
De leur implication d¨¦pendra
la force de frappe du question-
naire propos¨¦ aux candidats,
qu¡¯il faudra alors rencontrer
un par un pour relayer la parole
des dirigeants azur¨¦ens au plus
proche de leurs actuelles pr¨¦-
occupations. Il faut ouvrir la
discussion , continue le pr¨¦
-
sident de l¡¯UPE 06 ¨¤ la veille
du 40e anniversaire de l¡¯Union
patronale locale. D¨¨s la fin de
l¡¯ann¨¦e, les propositions face aux
six th¨¦matiques seront valid¨¦es,
et nous pourrons alors enta-
mer ce dialogue, propositions ¨¤
la clef. En parfaits binmes,
CCI et UPE sillonneront les
territoires ¨¤ la recherche des
futurs ¨¦lus, par bassin d¡¯activi-
t¨¦s pour plus de coh¨¦rence, et
ainsi coller ¨¤ une r¨¦flexion 2007
autour de l¡¯intercommunalit¨¦
(alors naissante), r¨¦flexion qui
aujourd¡¯hui s¡¯engage sur l¡¯ouest
du d¨¦partement en particulier,
avec les potentiels probl¨¨mes
politiques ¨¤ venir¡­
Pour Yvon Grosso, cette
consultation pr¨¦alable des
chefs d¡¯entreprises est primor-
diale : il faut qu¡¯ils r¨¦pondent,
en nombre, pour enrichir cette
base de donn¨¦es que constitue le
Pacte Eco 06, pour faire remon-
ter l¡¯info, pour faire des proposi-
tions. Car le plus difficile reste
la rencontre avec l¡¯¨¦lu en deve-
nir : certains n¡¯ont tous simple-
ment pas voulu nous recevoir en
2007-2008, mais d¡¯autres nous
ont r¨¦serv¨¦ un tr¨¨s bel accueil. Ils
sont g¨¦n¨¦ralement sensibilis¨¦s
au d¨¦veloppement ¨¦conomique
de la commune, mais la mani¨¨re
de le r¨¦aliser reste toute person-
nelle. Et surtout, hormis sur le
foncier, les maires manquent
cruellement de pouvoir. Ce qui
expliquerait certains couacs.
C¡¯est vrai que pour eux, il y a
de moins en moins de marge de
manuvre pour s¡¯acquitter de
leurs promesses de campagne.
Il n¡¯emp¨ºche que quelques-
uns s¡¯en sortent mieux que
d¡¯autres. Au palmar¨¨s des ¨¦lus
¨¦conomiquement corrects pour
Yvon Grosso ? J¡¯ai beaucoup
travaill¨¦ sur le bassin grassois
pour la premi¨¨re mouture, et un
homme comme Andr¨¦ Aschieri,
maire de Mouans-Sartoux, a une
v¨¦ritable vision ¨¦conomique de
son territoire. Il a su lib¨¦rer du
foncier pour cr¨¦er des logements,
de l¡¯activit¨¦, pour susciter les
implantations. Des mauvais
¨¦l¨¨ves, Yvon Grosso ne parlera
pas. Que penser par exemple
du d¨¦part de Mauro d¡¯Antibes
(165 emplois), qui ne retrouve
pas sur la commune de foncier
pour se r¨¦installer suite ¨¤ la
r¨¦quisition par la r¨¦gion de son
actuelle adresse pour construire
des logements sociaux ? Pour
l¡¯historique distributeur de
boissons, sans doute faudra-t-il
se rabattre sur le Var. Le mille-
feuille administratif et le d¨¦cou-
page des comp¨¦tences a encore
frapp¨¦, m¨ºme si c¡¯est pour la
bonne cause.
Notre rle, c¡¯est d¡¯¨ºtre les
porte-paroles des entreprises que
nous repr¨¦sentons rench¨¦rit
Pascal Nicoletti, le Monsieur
Pacte Eco CCI 2014. Il y aura
bien sr de l¡¯¨¦volution par rap-
port ¨¤ 2007, nous ne sommes
plus dans les seules intentions,
mais dans une formalisation
plus pouss¨¦e, quelque chose de
plus pragmatique. Lui mise
sur le ct¨¦ p¨¦dagogique de
l¡¯action, qu¡¯il s¡¯agisse des chefs
d¡¯entreprises ou des ¨¦lus. Il
faut expliquer ¨¤ quoi servent les
impts locaux divers, qui ser-
vent ¨¤ l¡¯int¨¦r¨ºt g¨¦n¨¦ral quand ils
sont bien utilis¨¦s et bien com-
pris. Son cheval de bataille : le
versement de la taxe Transport,
peu d¡¯¨¦lus savent pr¨¦cis¨¦ment
¨¤ quoi elle sert vraiment. Cette
ann¨¦e, le r¨¦f¨¦rent CCI cherche
la quantit¨¦ ¨¤ l¡¯occasion des
Municipales, pour en retirer
la substantifique moelle, et
pouvoir affirmer haut et fort :
c¡¯est bien de le dire, encore faut-
il le faire¡­ Et pour ce faire,
il faudra bien sr motiver les
troupes : en p¨¦riode de stress
comme aujourd¡¯hui, soit on se
bat, soit on se couche. Regardez
la large mobilisation autour de
la nouvelle ligne ferroviaire : il
faut que l¡¯on soit solidaires, sur-
tout au moment o¨´ s¡¯¨¦laborent
les strat¨¦gies ¨¦lectorales.
Isabelle Auzias
Quand l '¨¦co s¡¯invite
aux Municipales
Rebelote pour la Chambre de commerce et son bras arm¨¦ syndical, l¡¯UPE 06 :
le Pacte Eco initi¨¦ lors des derni¨¨res ¨¦ch¨¦ances est de retour.
Et compte profiter de cette ant¨¦riorit¨¦.
I
NOS
ENTREPRISES
- OCTOBRE 2013 -
- source annonces l¨¦gales parues dans les Alpes-Maritimes -
La mauvaISE NOuvELLE
L¡¯AFIJ met un terme ¨¤ ses activit¨¦s faute de soutien
de la part de l¡¯Etat pour les ann¨¦es ¨¤ venir. Depuis
20 ans, l¡¯Association pour Faciliter l¡¯Insertion Profes-
sionnelle des Jeunes a accompagn¨¦ vers l¡¯emploi
plus de 800.000 jeunes inscrits en liaison avec pr¨¨s
de 100.000 recruteurs en s¡¯attachant en particulier
aux publics les plus fragiles : jeunes diplm¨¦s expo-
s¨¦s aux discriminations ¨¤ l¡¯embauche (en situation
de handicap, issus de l¡¯immigration¡­), jeunes en
¨¦chec universitaire ou en grande difficult¨¦ sociale.
Elle a travaill¨¦, dans le cadre de conventions natio-
nales et locales, en r¨¦seau avec Ple Emploi, les
missions locales, l¡¯APECITA, des BAIP, le MEDEF,
les Chambres consulaires¡­
L¡¯association connat depuis d¨¦cembre 2012 des
difficult¨¦s financi¨¨res suite ¨¤ des baisses succes-
sives de subventions de la part de l¡¯Etat (minist¨¨res,
collectivit¨¦s, agences publiques) et des retards de
versement (FSE¡­). Inscrite dans une proc¨¦dure de
redressement judiciaire afin de lui permettre de red¨¦-
finir avec le gouvernement son mode de financement
et sa mission en lien avec les politiques publiques,
l¡¯AFIJ n¡¯a reu aucune r¨¦ponse ¨¤ ce jour par rap-
port ¨¤ ses propositions et se voit donc contrainte
de mettre un terme ¨¤ ses activit¨¦s faute de finance-
ments.
Pascal Nicoletti, chef de file du Pacte Eco 06 pour la CCI.
Yvon Grosso, pr¨¦sident de l'UPE 06, rempile en 2014 : il avait d¨¦j¨¤ particip¨¦
¨¤ l'op¨¦ration ¨¤ la veille des Municipales de 2008.