background image
l
Vendredi 1er novembre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
31 l
Exposition >
Cocteau confront¨¦
¨¤ Matisse et Picasso
Parcours s¨¦quentiel au labyrinthe des inspirations.
our marquer le cinquan-
ti¨¨me anniversaire de la
disparition de Jean Coc-
teau, le troisi¨¨me accro-
chage mentonnais a choisi de
souligner qu¡¯entre ces trois
artistes, sous le soleil de la
M¨¦diterran¨¦e, pouvaient exis-
ter, par del¨¤ leurs ¨¦videntes
diff¨¦rences, des complicit¨¦s.
S¡¯il ne fait aucun doute
qu¡¯ils se soient rencontr¨¦s,
fr¨¦quent¨¦s, la confrontation
des uvres souligne les inten-
sit¨¦s in¨¦gales dans une mise
en sc¨¨ne r¨¦ussie, ponctu¨¦e
de projections, donnant l¡¯im-
pression du foisonnement de
touche-¨¤-tout d¡¯un artiste qui
s¡¯impr¨¦gnait des ambiances,
des ¨¦motions et des cr¨¦ations
qu¡¯il croisait au fil d¡¯une vie
passionn¨¦e.
Jean Cocteau, sa silhouette
¨¦l¨¦gante, sa gestuelle de dan-
seur dans la villa Santo Sospir,
accueille le visiteur en noir
et blanc : s¨¦quence ¨¦motion
pour ¨¦voquer, via une lecture
th¨¦trale, les courriers ¨¦chan-
g¨¦s avec Piaf, autre ¨¦corch¨¦e
de la vie qui mourut le m¨ºme
jour. Une vie de po¨¨te dont le
verbe se fit graphique, alliant
f¨¦minin et masculin dans la
figure du faune et tatouant
les murs de ses fresques. Sous
le soleil d¨¦vorant, il d¨¦couvre
toros, toreros et Gitans aux
ct¨¦s de Picasso qui le pousse
vers la couleur, les pastels et
la c¨¦ramique qu¡¯il d¨¦clinera
d¡¯une mani¨¨re autonome.
Solide amiti¨¦ et int¨¦ressant
face ¨¤ face. De Matisse, matre
admir¨¦ mais plus impression-
nant, dont il partage l¡¯amour
du jazz, il retiendra la leon
puissante de la simplification
de la ligne.
S¨¦quence sensualit¨¦ en
lignes souples, hommage aux
amoureux et marque de ces
ann¨¦es avec l¡¯il-poisson,
v¨¦ritable signature des sai-
sons m¨¦diterran¨¦ennes qui
s¡¯ach¨¨vent au Bastion dans
la relation assez unique entre
le po¨¨te et la ville de Menton.
C¡¯est avec un soin extr¨ºme,
fruit d¡¯une profonde r¨¦flexion,
que Cocteau aborda la d¨¦co-
ration de la salle des mariages
autour de la figure mythique
d¡¯Orph¨¦e combin¨¦e ¨¤ l¡¯enra-
cinement local. Comme au
palais cr¨¦tois de Knossos, au
souple fil d¡¯Ariane, le r¨¦cit
court les murs de sa farandole
dont l¡¯¨¦cho retentit dans les
puissantes murailles du rem-
part, premier mus¨¦e d¨¦di¨¦ ¨¤
l¡¯artiste.
Liliane Tiberi
Jusqu¡¯au 3 novembre
Mus¨¦e Jean Cocteau ¨¤ Menton.
www.museecocteaumenton.fr
Musique >
Andr¨¦ Peyr¨¨gne enqu¨ºte
et trouve¡­ Wagner
ros scoop dans le monde
lyrique : un livret sign¨¦
Richard Wagner, retrouv¨¦
au fin fond de la biblio-
th¨¨que du Conservatoire de
Nice, o¨´ il sommeillait depuis
un si¨¨cle et demi. L¡¯¨¦tonnante
d¨¦couverte a sollicit¨¦ quelques
experts venus d¡¯outre-Atlan-
tique, mais la supr¨ºme r¨¦v¨¦la-
tion s¡¯est faite la semaine pass¨¦e
pour le public niois, forc¨¦ment
concern¨¦ : un livret dont le titre,
Les Franais devant Nice, ne peut
qu¡¯¨¦mouvoir. M¨ºme si, de l¡¯avis
des professionnels, la musique
(sign¨¦e de l¡¯ami de Wagner,
Johann Kittel) ne casse pas trois
pattes ¨¤ une oie dans le contexte foisonnant
du XIXe si¨¨cle. Et c¡¯est sans doute pour cette
raison qu¡¯aucune mention de cet uvre lyrique
n¡¯avait subsist¨¦ jusqu¡¯¨¤ aujourd¡¯hui. Wagner
en aurait lui-m¨ºme ¨¦t¨¦ fch¨¦ contre le com-
positeur. Pourquoi ? Selon Andr¨¦ Peyr¨¨gne,
aujourd¡¯hui directeur du CNR de Nice, c¡¯¨¦tait
un r¨¦volutionnaire dans l¡¯me, avec souvent des
attitudes tr¨¨s condamnables face aux autorit¨¦s
d'alors. Et la musique pour accompagner ce
livret, il la voulait¡­ r¨¦volutionnaire, avec des
hymnes, avec La Marseillaise ! Kittel en a fait
autre chose. Que rec¨¨le encore la biblioth¨¨que
de notre Conservatoire ? Sans doute d¡¯autres
tr¨¦sors, mais une d¨¦couverte comme celle-ci, il
n¡¯y en a qu¡¯une dans une vie¡­ Entendra-t-on
un jour ces Franais devant Nice ? Peut-¨ºtre,
mais monter un op¨¦ra cote tr¨¨s cher de nos
jours. Il existe cependant un enregistrement
amateur made in USA. On pourrait r¨ºver plus,
en cette ann¨¦e de bicentenaire¡­
Isabelle Auzias
G
D¨¦tente
D¨¦tente
ntre world music et pop, Mayra Andrade, 28 ans,
revient avec un quatri¨¨me album. Entre son Cap-
Vert originel, qui am¨¨ne quelques morceaux en
cr¨¦ole et d¡¯autres en portugais, et l¡¯Europe (elle vit ¨¤
Paris depuis une dizaine d¡¯ann¨¦es), on oscille entre des
rythmes ensoleill¨¦s et paresseux, avec un superbe son de
basse, une touche de piano et des cuivres pas plus qu'il
n'en faut, sur lesquels sont pos¨¦s des textes aux idiomes
exotiques ou plus europ¨¦ens, en franais ou en anglais.
Plusieurs langues mais un th¨¨me, universel, l¡¯amour.
Pour cet opus, joliment baptis¨¦ Lovely Difficult (le sur-
nom donn¨¦ ¨¤ la belle par son compagnon), elle a fait
appel ¨¤ des amis de longue date, comme T¨¦t¨¦, qui avait
d¨¦j¨¤ ¨¦crit un morceau sur son premier album, mais aussi
Yael Naim ou Benjamin Biolay, parmi tant d¡¯autres¡­ La
r¨¦alisation de Mike Pelanconi (qui a notamment uvr¨¦
pour Lily Allen) am¨¨ne une (tr¨¨s) l¨¦g¨¨re touche brit'. Pour
promouvoir ce disque, qui sortira le 11 novembre chez
Sony Music, Mayra Andrade vient d¡¯entamer une tour-
n¨¦e : trois dates en Scandinavie, puis elle descendra plus
au sud, au Portugal et au Br¨¦sil, mais aussi chez nous,
¨¦videmment, avec une dizaine de dates dans l¡¯Hexagone
d¡¯ici la fin du mois, dont une ¨¦tape nioise au Th¨¦tre
Lino Ventura ce 9 novembre.
Lizza Paillier
E
Musique >
Mayra Andrade,
autour du monde
P
A Santo Sospir, le tournant d'une inspiration qui s'ancre en M¨¦diterran¨¦e.
Vanessa Filho
musIQuE
C¡¯est pas classique reprend ses marques
du 8 au 10 novembre
La grande manifestation
musicale, festive et gratuite
aurait-elle peur de la pluie ?
Ou du vert voisin de la Cou-
l¨¦e ¨¦ponyme ? L¡¯¨¦dition
2013 aura lieu cent pour
cent indoor. A l¡¯Op¨¦ra en
pr¨¦ambule le 7, puis dans
toutes les salles d¡¯Acropolis
les trois jours qui suivront.
Eclectique comme il se
doit, elle invite des petits
ensembles et des grandes
formations symphoniques,
des c¨¦l¨¦brit¨¦s et des talents
¨¤ suivre. C¡¯est pas classique
mise aussi beaucoup cette
ann¨¦e sur l'humour (le Qua-
tuor, les Matres Chanteurs,
le concert d¨¦concertant de L¡¯Emporda¡­), et personne ne
s¡¯en plaindra.
www.cpasclassique-cg06.fr
JLB
En ImagEs...
Richard Cairaschi titille la cuisine nissarte
L e
c ¨¦ l ¨¨ b r e
d¨¦fenseur des
Chaises Bleues
s'attaque ¨¤ la
cuisine nissarte
dans un livre
(bien nomm¨¦ La
blette et le cou-
gourdon) paru
aux Editions Gil-
letta. Rencontre film¨¦e au gr¨¦ d'une d¨¦dicace chez
son ami Christian Plumail, chef de l'Univers.