background image
l
Vendredi 1er novembre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
3 l
LE CHIFFRE
Ce serait le pourcentage de TPE
qui auraient r¨¦cemment mis en
place de nouveaux produits ou
services pour conjurer le mauvais sort conjonc-
turel (chiffres barom¨¨tre des TPE 3e trimestre
2013 ¨C IFOP Fiducial). Plus d¡¯une TPE sur
quatre a diversifi¨¦ ses canaux de distribution
(zone d¡¯activit¨¦ ¨¦largie ou cible client¨¨le plus
diversifi¨¦e) avec un impact positif sur l¡¯activit¨¦.
Certaines d¡¯entre elles ont ¨¦galement revisit¨¦
leur politique tarifaire : si 30% ont baiss¨¦ leurs
prix, 19% les ont au contraire augment¨¦s, pour
des r¨¦sultats jug¨¦s mitig¨¦s. Si quelques-unes
ont aussi r¨¦organis¨¦ leur production, elles sont
cependant tr¨¨s peu ¨¤ avoir r¨¦duit leurs effec-
tifs. Mais 42%, toujours selon l¡¯enqu¨ºte IFOP, se
jugent moins arm¨¦es que leurs homologues
allemandes pour affronter la situation ¨¦cono-
mique actuelle.
L¡¯autRE CHIFFRE
C¡¯est le nombre de Fran-
ais ¨¤ s¡¯¨ºtre exil¨¦s en 2011
(chiffres CFE-CGC). Parmi
eux, 2.000 l¡¯auraient fait ¨¤ dessein d¡¯¨¦conomies
fiscales. Ce qui fait r¨¦agir la conf¨¦d¨¦ration : il
est vrai que la derni¨¨re mesure vot¨¦e dans le
cadre du projet de loi de finances de la S¨¦cu-
rit¨¦ sociale a de quoi inciter ¨¤ aller vivre sous
d¡¯autres cieux pour ne plus se faire plumer. En
effet, une r¨¨gle d¨¦rogatoire s¡¯appliquait ¨¤ cer-
tains produits de placement dont les revenus
¨¦taient tax¨¦s au taux de pr¨¦l¨¨vements sociaux
en vigueur lors de l¡¯ann¨¦e du gain (exemple, le
taux de CSG 2005 pour les revenus 2005). Pour
faire simple, la nouvelle mesure propose d¡¯ap-
pliquer le taux de 15,5% ¨¤ l¡¯int¨¦gralit¨¦ des gains
constitu¨¦s depuis 1997 (ann¨¦e qui correspond ¨¤
l¡¯assujettissement des produits de placement ¨¤
la CSG). Sont concern¨¦s les produits issus des
plans d¡¯¨¦pargne en actions (PEA), des contrats
d¡¯assurance-vie multi-supports, de l¡¯¨¦pargne
salariale, des comptes et plan ¨¦pargne loge-
ment (PEL, CEL).
Et les autres exil¨¦s ? Souvent pour raisons
professionnelles, ou bien des jeunes qui n¡¯ont
pas trouv¨¦ d¡¯emploi en France. La CFE-CGC
d¨¦plore que ceux-ci, souvent diplm¨¦s, s¡¯exilent
et exportent leur capacit¨¦ d¡¯innovation et de
recherche ailleurs¡­ a promet !
La datE
C¡¯est ce 15 novembre que le Palais de la
M¨¦diterran¨¦e ¨¤ Nice accueillera le traditionnel
Gala des Dames de Lenval, 18e du nom, o¨´
sont attendues de nombreuses personnalit¨¦s
issues des institutions, des banques et des
entreprises. Chaque ann¨¦e et grce ¨¤ la g¨¦n¨¦-
rosit¨¦ des participants, les recettes int¨¦grales
du gala permettent de d¨¦gager 100.000 pour
les enfants de la fondation nioise reconnue
d¡¯utilit¨¦ publique. En cuisine, Jacques Chibois
¨¦paul¨¦ des ¨¦tablissements scolaires Paul Augier
et Tunon, qui devront relever le d¨¦fi : animer les
tables pour que les projets 2013 se r¨¦alisent. Au
menu, une participation souhait¨¦e de 130.000
pour s¡¯associer ¨¤ l¡¯achat d¡¯une table d¡¯op¨¦ration
orthop¨¦dique, pour am¨¦liorer la surveillance
centralis¨¦e par monitoring en chirurgie conven-
tionnelle, pour optimiser la maintenance des
ordinateurs, acheter des tablettes num¨¦riques
et financer divers ateliers et projets th¨¦rapeu-
tiques particuli¨¨rement pl¨¦biscit¨¦s par les plus
jeunes patients (clowns, ¨¦quith¨¦rapie, Nol des
enfants hospitalis¨¦s¡­). Les dames de Lenval
sont fin pr¨ºtes ¨¤ vous recevoir.
www.damesdelenval.com
Actualit¨¦
Actualit¨¦
Quoi de neuf
cette semaine ?
e juriste d¡¯entreprise (ou
juriste d¡¯affaires) est li¨¦
par un contrat de travail
¨¤ son employeur, qu¡¯il
s¡¯agisse d¡¯un grand groupe,
d¡¯une PME, d¡¯une collectivit¨¦
ou d¡¯une association, pour le
compte duquel il exerce une
activit¨¦ de conseil et r¨¦dige des
actes. En fonction de la taille
de la structure, il est sp¨¦cialis¨¦
et fait partie d¡¯un service juri-
dique ou, au contraire, seul ou
presque dans une PME, il doit
¨ºtre g¨¦n¨¦raliste de mani¨¨re ¨¤
pouvoir r¨¦pondre aux ques-
tions de sa direction dans tous
les domaines du droit.
P our C¨¦cile R¨¦mion,
en charge des assurances et
de la gestion des risques ¨¤ la
M¨¦tropole Nice Cte d¡¯Azur et
¨¤ la ville de Nice, c¡¯est un m¨¦tier
de consultation. Il y a un gros
travail ¨¤ faire aupr¨¨s des ser-
vices : nous sommes un service
fonctionnel qui coop¨¨re avec les
autres directions. Il y a beaucoup
d¡¯¨¦changes, et pas seulement
quand il y a un probl¨¨me, mais
¨¦galement en amont. On nous
demande d¡¯¨ºtre r¨¦actifs, il y a un
besoin de solution quasi-imm¨¦-
diat pour le service demandeur.
Nous avons des liens transver-
saux, il faut ¨ºtre dans une rela-
tion permanente de s¨¦duction
avec les autres services car nous
sommes souvent perus comme
des emp¨ºcheurs de tourner en
rond, mais nous n¡¯avons aucune
sup¨¦riorit¨¦ hi¨¦rarchique. D¡¯o¨´
l¡¯int¨¦r¨ºt, la n¨¦cessit¨¦ d¡¯aller au
contact des op¨¦rationnels. On
ne peut pas travailler seul, un
juriste va avoir besoin d¡¯¨¦l¨¦-
ments techniques pour avancer
sur un dossier. M¨ºme constat
pour ses consurs. Linda
Erlandsson officie ¨¤ la direc-
tion juridique de Transdev ¨¤
Paris : je reois des appels des
filiales, de diff¨¦rentes personnes,
parfois des juristes et l¨¤ c¡¯est
plus facile parce qu¡¯on parle le
m¨ºme langage. Parfois ce sont
des gens de la communication,
des financiers, des techniciens,
une gamme tr¨¨s large de per-
sonnes...
Un bon juriste est donc un
juriste curieux, qui b¨¦n¨¦fi-
cie dans une certaine mesure
d¡¯autonomie selon les mati¨¨res
dans lesquelles il exerce, d¡¯apr¨¨s
Aurore Shaki, responsable juri-
dique d¡¯une holding hollandaise
en maintenance et ing¨¦nierie
p¨¦troli¨¨re, bas¨¦e ¨¤ Monaco :
je fais du droit des soci¨¦t¨¦s,
du droit des contrats, de la fis-
calit¨¦ et de la propri¨¦t¨¦ intellec-
tuelle sur les quatre pays dont je
m¡¯occupe. En mati¨¨re de droit
contractuel, je suis autonome,
les filiales peuvent me deman-
der conseil sur les contrats
qu¡¯elles ont ¨¤ r¨¦diger, ou sur des
documents envoy¨¦s par leurs
clients ; je peux g¨¦rer du d¨¦but ¨¤
la fin. En revanche, en mati¨¨re de
corporate pur, sur une augmen-
tation de capital par exemple,
l¡¯autonomie se r¨¦sume au n¨¦ant,
tout vient de la direction.
Dans tous les cas, l¡¯autonomie
est fonction de l¡¯exp¨¦rience,
comme le souligne Didier Lan-
glois, responsable juridique de
la r¨¦gie Lignes d¡¯Azur et d¨¦l¨¦gu¨¦
d¨¦partemental de l¡¯AFJE : on
n¡¯est pas autonome quand on ne
matrise pas ou qu¡¯on d¨¦bute. On
ne demande pas ¨¤ un ¨¦tudiant
qui sort de master II, ou m¨ºme
d¡¯une ¨¦cole d¡¯avocats, de tout
savoir sur tout, ce qui serait dan-
gereux, mais d¡¯avoir des r¨¦flexes.
Vous ne connaissez rien, peut-
¨ºtre, mais vous avez tous les
moyens et tous les outils ¨¤ votre
disposition. Une mani¨¨re de
rappeler qu¡¯un peu d¡¯humilit¨¦
ne nuit pas...
Alors, avocat ou juriste ?
Sophia Bouzidi h¨¦sitait ¨¤ l¡¯issue
d¡¯un master II juriste d¡¯entre-
prise. Elle a finalement opt¨¦
pour la robe, s¨¦duite par l¡¯in-
d¨¦pendance du professionnel
lib¨¦ral, tout de m¨ºme soumise,
conc¨¨de-t-elle, au bon vouloir
du cabinet dans lequel le col-
laborateur exerce. Les pers-
pectives d¡¯¨¦volution et l¡¯amour
de la plaidoirie ont ¨¦galement
pes¨¦ dans la balance : l¡¯une
des diff¨¦rences majeures, en
pratique, est que le juriste ne
plaide pas pour l¡¯entreprise, sauf
¨¦ventuellement en conciliation
prud¡¯hommes. Et un avocat, s¡¯il
parvient ¨¤ se faire une client¨¨le,
peut devenir associ¨¦ ou ouvrir
son propre cabinet. Mais rien
n¡¯est irr¨¦versible, un avocat
peut devenir juriste d¡¯entreprise
et inversement. D¡¯o¨´ l¡¯int¨¦r¨ºt,
lorsque l¡¯on h¨¦site, d¡¯aller au
bout de la formation d¡¯avocat,
une plus-value m¨ºme pour
les juristes, car de plus en plus
d¡¯entreprises exigent des juristes
qu¡¯elles recrutent qu¡¯ils soient
titulaires du CAPA. Autre point,
qui a provoqu¨¦ un vif ¨¦moi dans
l¡¯assistance : l¡¯anglais est obliga-
toire, c¡¯est souvent la langue de
travail des juristes y compris au
sein de grands groupes franais.
Pour Aurore Shaki, ¨¤ Monaco,
en plus du franais, l¡¯anglais et
une autre langue ¨¦taient exig¨¦s,
un quatri¨¨me idiome fortement
souhait¨¦¡­ Bref, un bon juriste
est curieux, polyglotte, n¡¯a pas
fait droit pour le prestige de la
plaidoirie, et sait se tisser un
r¨¦seau : un bon portefeuille
d¡¯amis comprend au minimum
un avocat, un huissier et ¨¦ven-
tuellement un notaire, mur-
mure-t-on en tribune.
Lizza Paillier
Devenir juriste d¡¯affaires ?
Trois heures
pour convaincre
Tous ne deviendront pas avocats. Les ¨¦tudiants de la fac de droit de Nice
¨¦taient convi¨¦s ¨¤ une table ronde visant ¨¤ leur ouvrir d¡¯autres horizons :
cap sur l¡¯entreprise.
40%
L
35.000