background image
l
Vendredi 25 octobre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
27 l
Indiscr¨¦tions
D¡¯apr¨¨s la CFE-CGC du groupe Orange, le
site de Nice La Turbie est consid¨¦r¨¦ par la direction
comme un petit site dont la p¨¦rennit¨¦ n¡¯est pas
assur¨¦e. Il existerait un autre petit site sur le bassin
d¡¯emploi Cannes-Sophia¡­
Broadcom (semi-conducteurs) serait en train de
fermer son unit¨¦ de R&D sophipolitaine qui emploie
une cinquantaine de personnes, dont 20 ing¨¦nieurs.
Selon la direction du site, le groupe entend recen-
trer cette activit¨¦ ¨¤ San Diego. Broadcom fournit
de nombreux composants ¨¤ Apple, notamment les
puces Wi-Fi, Bluetooth, GPS ainsi que le contrleur
multitouch de l'iPhone 5s.
Initiatives & Entreprises
Entreprises
Entreprises
> Cr¨¦ativit¨¦ et qualit¨¦,
le credo du Pain d¡¯Olivier
Claude Batel, son cr¨¦ateur, d¨¦fend les valeurs de la tradition franaise
tout en s¡¯adaptant aux habitudes des consommateurs.
nacking et bou-
langerie
ne
sont pas anti-
nomiques. Avec
ses pains sp¨¦ciaux
inventifs, ses ptisse-
ries, l¡¯enseigne Pain
d¡¯Olivier (Mougins
et Cannes) d¨¦montre
que la qualit¨¦, l¡¯accueil
et le service selon la
tradition boulang¨¨re
restent facteurs de suc-
c¨¨s face ¨¤ l¡¯industriali-
sation d¡¯un m¨¦tier arti-
sanal. Avec un chiffre
d¡¯affaires de 3,5M,
32 salari¨¦s et quatre
apprentis r¨¦partis sur
les deux sites de vente
(auxquels s¡¯ajoute
depuis deux ans un
atelier de fabrication
charg¨¦ d¡¯alimenter
depuis La Bocca les
htels, restaurants et
collectivit¨¦s dont la
croissance est ¨¤ deux
chiffres), Pain d¡¯Oli-
vier se veut le chantre
de la grande tradition
de la boulangerie franaise.
Implant¨¦e sur la route qui
relie Sophia ¨¤ la p¨¦n¨¦trante
Cannes-Grasse, la boutique
de Mougins accueille pr¨¨s de
700 clients par jour dont 40%
d¡¯¨¦trangers, principalement
des cadres travaillant sur la
technopole. Et Claude Batel,
Normand devenu Azur¨¦en, a su
y insuffler l¡¯activit¨¦ snacking,
ce pr¨ºt-¨¤-manger rapide ¨¤ base
de pain. Sans cette activit¨¦,
une boulangerie ne peut sur-
vivre aujourd¡¯hui. L¡¯avenir,
c¡¯est un plat unique ¨¤ midi,
et la boulangerie est pr¨ºte
pour cette mutation. Pour
preuve, les 250m mou-
ginois, avec terrasse et
parking, affichent 8% de
croissance. Pain d¡¯Olivier
r¨¦pond au nouveau com-
portement des consom-
mateurs, en proposant
une quarantaine de pains,
via des vendeuses qui
savent conseiller et gui-
der le chaland. Ils sont
exigeants, tant sur la qua-
lit¨¦ que sur la cr¨¦ativit¨¦,
constate son responsable
David Mahoudeaux. Der-
ri¨¨re lui, de vastes cong¨¦-
lateurs permettent ¨¤ la
pte de mrir et de tra-
vailler, un peu ¨¤ l¡¯image du
vin. Nous nous servons
de techniques modernes
pour affiner la qualit¨¦ de
nos produits. Pain sant¨¦
¨¤ base d¡¯om¨¦ga 3 ou un
pain sportif associant
noisette et abricot affir-
ment ici cette qu¨ºte de
cr¨¦ativit¨¦ permanente. Claude
Batel le r¨¦p¨¨te et le d¨¦montre,
le pain est un produit vivant
qui doit ¨¦voluer.
Michel Bovas
www.lepaindolivier.com
2014, l¡¯ann¨¦e du pain noir¡­
Face ¨¤ l¡¯augmentation des proc¨¦dures et fermetures,
la boulangerie-ptisserie traditionnelle s¡¯alarme sur son devenir.
n un an, 80
proc¨¦dures et
r¨¨glements judi-
ciaires ont ¨¦t¨¦
engag¨¦s aboutissant
¨¤ 25 fermetures de
boulangeries artisa-
nales, dont cinq rien
qu¡¯¨¤ Antibes. Les 15
ouvertures en p¨¦ri-
ph¨¦rie sont des fran-
chises industrielles.
En cur de villes, les
conditions d¡¯exercice
sont difficiles avec l¡¯ab-
sence de parkings ou
des loyers excessifs,
analyse Claude Batel,
pr¨¦sident de la F¨¦d¨¦-
ration des Matres
Boulangers 06. Et
seules les enseignes de
p¨¦riph¨¦rie connaissent
une augmentation de
5 ¨¤ 10% de leur chiffre
d¡¯affaires. L¡¯activit¨¦
artisanale urbaine
est donc fortement
menac¨¦e. La crise
¨¦conomique (-5 ¨¤ 6%
des CA) ajout¨¦e ¨¤ des
mesures fiscales (hausse de
la TVA de 7 ¨¤ 10% pour les
produits consomm¨¦s sur
place) accentuent ce d¨¦clin
d¡¯une fili¨¨re fortement
concurrenc¨¦e par la grande
distribution. Pourtant, la bou-
langerie-ptisserie compte
encore 400 entreprises arti-
sanales dans le d¨¦partement
employant 2.300 salari¨¦s et
190 apprentis pour 170M de
chiffre d¡¯affaires glo-
bal. Premier ¨¦cueil :
l¡¯installation cote
cher (900.000 en
am¨¦nagement et
mat¨¦riel). Il faut
700 ¨¤ 1.000 clients
par jour pour assurer
une rentabilit¨¦ mini-
mum. Et Claude
Batel de d¨¦plorer
la suppression des
aides ¨¤ l¡¯apprentis-
sage aux entreprises
de plus de 10 salari¨¦s
(30% des boulan-
geries maralpines),
la ponction sur les
caisses paritaires, la
taxe sur les mutuelles
ou la hausse de 16%
du prix de l¡¯¨¦nergie.
Situation difficile qui
conduit la f¨¦d¨¦ration
locale ¨¤ cr¨¦er un ser-
vice de mutualisation
des frais g¨¦n¨¦raux,
en n¨¦gociant pour les
adh¨¦rents des tarifs
aupr¨¨s des compa-
gnies d¡¯assurance, de
t¨¦l¨¦phonie, d¡¯¨¦nergie, d¡¯infor-
matique¡­ C¡¯est important car
ces boulangeries artisanales de
proximit¨¦ jouent aussi un rle
dans la coh¨¦sion du tissu social
urbain.
E
S
EN FORME
Thales Underwater Systems (Sophia)
Le leader mondial des hautes technologies sur l¡¯a¨¦-
rospatial, le transport, la d¨¦fense et la s¨¦curit¨¦ vient de
conclure un solide contrat avec l¡¯h¨¦licopt¨¦riste Agus-
taWestland (Italie/Grande-Bretagne) pour la fourniture
de sonars tremp¨¦s (Compact Flash Sonics) destin¨¦s
au nouveau mod¨¨le AW159. L¡¯annonce en a ¨¦t¨¦ faite
¨¤ Sophia par Benoit Plantier, directeur g¨¦n¨¦ral TUS
France: c¡¯est une tr¨¨s belle opportunit¨¦ pour le groupe.
Une commercialisation de ces h¨¦licopt¨¨res ¨¦quip¨¦s par
Thales est en cours pour la Cor¨¦e du Sud, ce qui nous
permet aussi de renforcer notre pr¨¦sence en extr¨ºme-
Orient. Car si d¡¯autres partenariats ¨¦taient d¨¦j¨¤ enga-
g¨¦s, l¡¯arriv¨¦e ¨¤ bord d¡¯un tout nouvel h¨¦lico est d¨¦termi-
nante, et promet d¡¯ores et d¨¦j¨¤ d¡¯autres ouvertures sur
des arm¨¦es d¨¦sirant conforter leur lutte anti-sous-marine
a¨¦roport¨¦e. Le Flash Sonics (qui associe ¨¤ un sonar
basse fr¨¦quence longue port¨¦e un syst¨¨me de traite-
ment de bou¨¦es acoustiques) ¨¦quipe d¨¦j¨¤ des appareils
franais, anglais, norv¨¦giens, am¨¦ricains ou australiens,
mod¨¨les Merlin ou Super Puma entre autres.
I.A
> Un zest british pour les Kids : l¡¯enseigne
Kangourou Kids, r¨¦seau sp¨¦cialis¨¦ dans la garde
d¡¯enfants ¨¤ domicile pr¨¦sent sur Nice, Sophia et Men-
ton, innove en proposant une initiation ¨¤ l¡¯anglais
d¨¨s quatre ans par le biais du jeu et du chant. Une
gamme de services ¨¦toff¨¦e qui ouvre aussi au recru-
tement d¡¯une trentaine de postes sur le d¨¦partement.
www.nice.kangouroukids.fr
> Stocker plus propre, c¡¯est possible grce au
partenariat entre EDF et les data centers Euclyde
(Sophia, Besanon). Cap sur l¡¯¨¦nergie renouvelable
produite in situ puis revendue ¨¤ EDF, avec pour objectif
de fournir l¡¯¨¦lectricit¨¦ n¨¦cessaire ¨¤ la consommation de
600 foyers par an.
> Apr¨¨s Tournaire, qui a cess¨¦ sa fabrication de pan-
neaux solaires, c¡¯est au tour de SAED, startup de Sophia
qui avait d¨¦croch¨¦ le Prix de l¡¯innovation de l¡¯Association
des Maires de France en 2011, de jeter l¡¯¨¦ponge. La filiale
franaise du groupe Viessmann annonce la reprise de
SAED, en redressement judiciaire depuis avril. Cr¨¦¨¦e en
2008 sur la technopole, elle y avait d¨¦velopp¨¦ et commer-
cialis¨¦ une technologie de capteurs solaires thermiques
adapt¨¦e aux r¨¦seaux de chaleur, aux ¨¦co-quartiers ou
encore aux installations industrielles.
> One-Too d¨¦croche le troph¨¦e sp¨¦cial des Grands
Prix de l'Innovation au salon Equip Auto de Paris pour
son produit AudioBox, un appareil d'¨¦coute et de locali-
sation de bruits provenant d'un v¨¦hicule. Un ¨¦quipement
d¨¦velopp¨¦ avec PSA.
Montant du nouveau contrat Agusta/Thales ? Significatif¡­,
dixit Benoit Plantier.
Claude Batel : il faut que l¡¯Etat ¨¦coute la d¨¦tresse
actuelle de notre noble m¨¦tier face aux contraintes
administratives et fiscales.
David Mahoudeaux.