background image
l
Vendredi 11 octobre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
31 l
Exposition >
Le recours ¨¤ la for¨ºt
de Jean-Simon Raclot
L¡¯exil int¨¦rieur dans la mise au vert.
e Jean-Simon
Raclot, on pour-
rait dire -il le fait
lui-m¨ºme- qu¡¯il
se disperse. Po¨¨te,
peintre, il se livre aussi
¨¤ des installations et
sculpte m¨ºme un peu.
Il peut aussi se retirer
plusieurs ann¨¦es du jeu
et vivre en montagne¡­
Loin, pour prendre
un peu de hauteur, de
recul, et c¡¯est ce que
semble indiquer le titre
sybillin de son exposi-
tion.
Le voici donc revenu
avec une s¨¦rie de
tableaux ¨¤ forte per-
sonnalit¨¦. Un ¨¦pisode
qui se clture dans le
fr¨¦missement orga-
nique de la for¨ºt, le
vert tendre et mousseux, l¡¯ou-
verture de la clairi¨¨re, l¡¯entre-
lacs des foug¨¨res, d¡¯une r¨¦alit¨¦
qui ouvre ¨¤ l¡¯onirisme. Si l¡¯an-
goisse n¡¯est jamais pr¨¦sente, le
myst¨¨re vibre sur les espaces de
ce Waldgnger de l¡¯exil int¨¦rieur
tel que l¡¯¨¦voquait J¨¹nger sur les
pas de Nietzsche, le marcheur. Le
recours aux for¨ºts comme choix
pour y ¨ºtre invisible, hors du
quotidien des m¨¦diocrit¨¦s
consum¨¦ristes, une autono-
mie loin des cynismes. Et leur
tourner le dos sans pour autant
cesser de voir le monde. L¡¯obser-
ver comme on observe l¡¯espace
forestier, en une cartographie
mobile, impr¨¦cise, mais mer-
veilleusement vivante. Au fond
de sa cabane de D¨¦mocrite,
Jean-Simon a photographi¨¦ son
environnement et l¡¯a soigneuse-
ment trait¨¦ d¡¯un pinceau lisse
en subtiles couches. Un
art de doreur qui com-
mence en fond orang¨¦,
¨¦tale les noirs profonds
et grade les verts, du r¨¦el
au fantastique, avec pr¨¦ci-
sion et tendresse. Il entre
parfois, en auto-portrait,
dans le champ visuel, se
cachant ¨¦trangement le
visage sous un linge, dans
le fond d¡¯une cabane, en
couple sous un drap de
bain -¨¦vitons de trop nous
mouiller- abri fantasma-
tique, sorte de tente invi-
sible aux autres comme
une illustration des pro-
pos de Krishnamurti ¨¦vo-
quant le travail d¡¯observa-
tion et de retrait. L¡¯univers
visuel de Jean-Simon est
profond¨¦ment po¨¦tique,
aussi r¨¦aliste que subtile-
ment pens¨¦.
Le travail qui nous est donn¨¦
¨¤ voir en cette exposition est
de grande qualit¨¦, apportant le
questionnement apais¨¦ d¡¯une
figuration ¨¤ dimension oni-
rique, marque d¡¯un artiste ayant
de fortes chances de continuer ¨¤
attirer l¡¯attention.
Liliane Tiberi
Jusqu¡¯au 10 novembre,
Ma hauteur mange ma hauteur,
galerie Eva Vautier, 2 rue Vernier ¨¤ Nice
D
Sans titre 2012, huile sur toile 38 x 46 cm
Musiques actuelles >
Le volume change de piste
Le couperet de l¡¯expulsion va tomber, mais l¡¯association La Source
aurait trouv¨¦ de nouveaux locaux pour y poursuivre ses activit¨¦s.
r¨¦¨¦e en 1998,
La
Source
uvre pour
l¡¯accessibilit¨¦
¨¤ la pratique des
musiques actuelles.
Principal probl¨¨me
identifi¨¦ : le manque
de lieux d¨¦di¨¦s. En
d¨¦cembre 2004, ses
membres ouvrent
donc Le Volume:
8 0 0 m e n p l e i n
centre de Nice, un
espace d¡¯accompa-
gnement organis¨¦
autour d¡¯un caf¨¦
culturel, avec cabine
de prise de son, salle
multim¨¦dia, local
de r¨¦p¨¦tition, et des
bureaux. Au menu, des concerts
bien sr, mais pas seulement :
une offre p¨¦dagogique victime de
son succ¨¨s, avec des cours d¡¯ins-
truments, des ateliers de groupes
ou des stages th¨¦matiques, mais
aussi une aide ¨¤ la cr¨¦ation et
¨¤ la professionnalisation. Mais
voil¨¤, depuis le d¨¦but, le pro-
pri¨¦taire du local du 6 rue Defly
souhaite voir La Source se tarir.
Ou du moins couler ailleurs.
L¡¯expulsion a ¨¦t¨¦ prononc¨¦e
par le TGI de Nice en d¨¦cembre
2012 et, m¨ºme si l¡¯¨¦quipe cherche
des locaux plus spacieux depuis
quatre ans d¨¦j¨¤, l¡¯urgence est
l¨¤. Grce ¨¤ une p¨¦tition qui a
recueilli pr¨¨s de 4.300 signatures,
l¡¯association, qui avait d¨¦pos¨¦ un
recours, a obtenu un d¨¦lai d¡¯un
an avant expulsion d¨¦finitive : en
avril 2014, Le Volume devra se
reloger.
Objectif : des locaux en
centre-ville, l¡¯essence-m¨ºme
du Volume ¨¦tant la proximit¨¦,
avec une capacit¨¦ d¡¯accueil
sup¨¦rieure (au
moins 300 places),
deux salles de dif-
fusion pour m¨¦lan-
ger les genres, les
exp¨¦riences et les
g¨¦n¨¦rations. Et
La Source aurait
trouv¨¦ local ¨¤ son
pied mais, rien
n¡¯¨¦tant encore
sign¨¦, pr¨¦f¨¨re ne
pas en r¨¦v¨¦ler
l¡¯adresse. Seules
confessions : les
murs appartien-
draient au Conseil
g¨¦n¨¦ral, et la
Ville et la R¨¦gion
seraient pr¨ºtes ¨¤
investir. Car il y
aurait des travaux ¨¤ faire. Du
coup, six mois, c¡¯est un peu
court¡­ Alors La Source esp¨¨re
obtenir encore un d¨¦lai suppl¨¦-
mentaire, pour inaugurer le nou-
veau Volume en septembre 2014.
D¡¯ici l¨¤, la saison 2013-2014 est
bien lanc¨¦e, et au 6 rue Defly on
travaille sur des nouveaut¨¦s : le
lancement d¡¯une webradio et un
rapprochement avec les arts de
l¡¯image, avec notamment la cr¨¦a-
tion d¡¯un festival de cin¨¦-concert.
Lizza Paillier
C
Musique>
A Nice,
l'autre NJF fait
swinguer l'automne
Camille Bouyer (charg¨¦e de d¨¦veloppement culturel),
Jonathan Blettery (tr¨¦sorier) et Yann Le Clanche (pr¨¦sident) :
La Source est soutenue par la municipalit¨¦, repr¨¦sent¨¦e par Muriel
Marland-Militello, qui ne tarit pas d¡¯¨¦loges sur ses poulains.
D¨¦tente
D¨¦tente
MUsIqUE
Le Printemps, c¡¯est demain
Le Printemps des Arts de Monte-Carlo 2014 est
annonc¨¦, il va f¨ºter ses trente ans sur cinq week-
ends du 14 mars au 13 avril, avec une affiche tou-
jours aussi brillante et pleine de jubilatoires sur-
prises. La progammation n¡¯est pas ¡±¨¦clectique¡±,
le mot ne plat pas ¨¤ Marc Monnet qui pr¨¦f¨¨re
dire qu¡¯elle explore ¡°un classicisme s¡¯appuyant
sur les diff¨¦rences¡±. Haydn et Scriabine seront
¨¤ l¡¯honneur, comme le seront les ¨¦chapp¨¦es
musicales vers la Hongrie, le Japon et le Maroc.
Concerts et spectacles servis par des artistes et
des orchestres tout ¨¤ fait prestigieux vont investir
tout Monaco avec des ¨¦chapp¨¦es hors les murs
¨¤ Beaulieu, Cap d¡¯Ail et La Turbie. D¨¦j¨¤ tr¨¨s atten-
dus, un op¨¦ra de marionnettes de Haydn donn¨¦
par la Compagnie Marionettistica Carlo Colla e
Figli avec l¡¯Orchestre Europa Galante dirig¨¦ par
Fabio Biondi, et une journ¨¦e ¡°Happy Birthday¡± ¨¤
haute valeur festive. www.printempsdesarts.mc
JLB
l est des acronymes privil¨¦gi¨¦s. NJF
comme... New Jazz Festival, quatri¨¨me
¨¦dition du nom, ¨¦tat des lieux non exhaus-
tif mais bien fourni du jazz actuel et de ses
divines ramifications, m¨¦tiss¨¦ en diable, qui
investit la ville, de ses caves (Romagnan) ¨¤
son TLV. D'autres adresses embl¨¦matiques ont
r¨¦pondu pr¨¦sentes ¨¤ l'appel de La Ruche et de
Imago Production, aux commandes de ce fes-
tival pas comme les autres : le CEDAC bien sr,
mais aussi le BSpot, le Jam ou le rac¨¦ Shapko.
Coup d'envoi donn¨¦ dans une ambiance caliente
ce 1er octobre au BSpot avec Jean-Pierre Como
on stage, venu pr¨¦senter ¨¤ huit mains son der-
nier et 9e opus, Bol¨¦ro. Gros succ¨¨s itou pour
Chris Potter, cinq jours plus tard, dans la four-
naise d'une salle Grappelli comble jusque dans
ses escaliers, applaudim¨¨tre au taquet et public
visiblement conquis par le sax aux doigts d'or.
M¨ºme ovation pour Raul Midon le 7 ¨¤ Lino
Ventura, o¨´ les gradins se partageaient entre
initi¨¦s et simples curieux, tous unis dans la fer-
veur des nombreux rappels. Et pour la suite
? Du lourd ce vendredi 11 avec Eric Bibb et
Habib Koit¨¦ au CEDAC de Cimiez pour f¨ºter
doublement le blues afro-am¨¦ricain, la fantai-
sie d'un Carla Bley aux mille et un talents, ici
au piano (le17/10 au CEDAC), le swing rava-
geur des fr¨¨res Belmondo pour un vigoureux
retour aux sources (le 8/11 toujours au CEDAC)
suivi des ¨¦tonnantes et rocky Riff Cohen &
Mayra Andrade, ¨¦lectrons libres chics et choc
qui allient rythmes anglo-saxons et orientaux
avec gourmandise pop (le 9/11 au TLV). Enfin,
final manouche sign¨¦ Titi Robin (le 22/11 au
CEDAC), touche de bouzouki incluse, qui offi-
ciera de concert avec la voix indie de Gulabi
Sapera. Le festival jouera les prolongations au
BSpot et ¨¤ la Cave Romagnan (n'y ratez pas
Seb Chaumont le 16). Convivial, chaleureux,
ce New Jazz Festival a d¨¦cid¨¦ment tout pour
plaire. Et a marche...
Isabelle Auzias
Programmation compl¨¨te www.newjazzfestival.fr
I
Myriam Bloch