background image
l
Vendredi 4 octobre 2013 l Tribune Bulletin Cte d¡¯Azur l
35 l
D¨¦tente
D¨¦tente
ertes, les organisateurs
des Etoiles de Mougins
ne sont pas matres du
temps qui ne les a pas
gt¨¦s. Mais la tonalit¨¦ glo-
bale, malgr¨¦ la th¨¦matique
d¡¯une M¨¦diterran¨¦e ensoleil-
l¨¦e, a paru un peu tristounette.
Moins de visiteurs et surtout
exit l¡¯enthousiasme d¡¯autres
¨¦ditions. Peut-¨ºtre est-ce parce
que la majorit¨¦ des d¨¦monstra-
tions est payante ou parce que
la tonalit¨¦ locale, d¨¦partemen-
tale, varoise a ¨¦t¨¦ dominante,
r¨¦servant finalement moins de
surprises mais plus de sourdes
rivalit¨¦s entre chefs mouginois.
Nos chefs auraient-ils un
peu perdu de l¡¯artificielle aura
des programmes de t¨¦l¨¦vi-
sion? Pas tous certes. Norbert
Tarayre, s¡¯il cr¨¦e nettement
moins la bousculade, garde
ses fans, Fr¨¦d¨¦ric Anton (3* et
deux d¨¦monstrations gratuites)
reste aussi populaire, reconnu
par tous et surtout toujours
aussi disponible et abordable.
Y compris pour venir, avec son
¨¦quipe, suivre la d¨¦monstra-
tion de Philippe Joannes, chef
du Fairmont Monte-Carlo et
rendre un hommage appuy¨¦ ¨¤
son talent. Quant au parrain de
l¡¯¨¦dition, G¨¦rald Pass¨¦dat, le 3*
marseillais n¡¯ayant pas r¨¦alis¨¦
de d¨¦monstration, le public l¡¯a
souvent crois¨¦ sans le recon-
natre.
Ct¨¦ professionnel, on
remarque aussi que Metro n¡¯a
pas g¨¦r¨¦ de stand cette ann¨¦e
mais s¡¯est content¨¦ d¡¯un par-
tenariat en fruits et l¨¦gumes,
et d'une op¨¦ration type Mas-
terchef avec, ¨¤ l'en-t¨ºte de l'an-
tenne cannoise, la course aux
approvisionnements des candi-
dats des Espoirs de Mougins.
Les d¨¦monstrations restent
le point fort d'Etoiles qui ont
perdu un peu de peps.
Liliane Tib¨¦ri
Animation >
Etoiles pluvieuses
pas forc¨¦ment heureuses
Une 8¨¨me ¨¦dition toute en demi-teinte.
aser, jeux de lumi¨¨res d¨¦couvrant la plastique
des danseuses, num¨¦ros enrichis d¡¯acrobaties
a¨¦riennes ou anim¨¦s par Paula Vernon, artiste
qui a travaill¨¦ au Moulin Rouge, la nouvelle revue
Folly¡¯s by Ruhl, cr¨¦¨¦e sp¨¦cialement par Show Time
pour le casino, casse les codes traditionnels de ce type
de spectacles pour le faire entrer dans une dimen-
sion nettement plus contemporaine. Mis en sc¨¨ne
par Bruno Maffei qui affiche 17 ans d¡¯exp¨¦rience, la
chor¨¦graphie est l¡¯uvre d¡¯Odile Burgede et Sandy
Adani, danseuse et premi¨¨re assistante de Kamel
Ouali (Les dix commandements, Star Academy...).
Nous innovons avec des effets de lumi¨¨res, comme
sur un plateau TV, cela n¡¯avait jamais ¨¦t¨¦ fait ici, or le
cabaret est parfaitement ¨¦quip¨¦, souligne Bruno Maf-
fei. Les sept tableaux usent largement de ces effets
lumineux pour cr¨¦er une ambiance f¨¦erique. Le Ruhl
maintient la tradition du cabaret depuis la fermeture
de celui de Monte-Carlo. Mieux, sa pr¨¦c¨¦dente revue
Croisi¨¨re de R¨ºve (10.000 spectateurs) fait aujourd¡¯hui
l¡¯animation du casino de Deauville. Comme quoi le
show made in Cte d¡¯Azur peut lui-aussi s¡¯exporter.
Michel Bovas
Jusqu¡¯au 21 juin, les vendredis et samedis soir, formule champagne-
spectacle ¨¤ 24 ou dner-spectacle (64, boissons comprises).
R¨¦sas sur place, au 04 97 03 12 22 ou www.casinoruhl.com
Spectacle >
Le Cabaret Ruhl
et ses Folly¡¯s 2013/2014
L
C
Philippe Joannes et Claire Verneil. Duo de choc...
¨¦liotrope est en pleine
effervescence, on le
serait ¨¤ moins. L¡¯asso-
ciation met la derni¨¨re
main au festival, Laurent Tr¨¦-
meau, le directeur artistique,
et toute son ¨¦quipe sont sur
les dents. Le budget n¡¯est pas
¨¦norme mais le soutien des
partenaires, la passion du
cin¨¦ma et un vrai profession-
nalisme ont r¨¦ussi ¨¤ placer le
rendez-vous niois parmi les
festivals de courts m¨¦trages
les plus reconnus en Europe.
Cette ann¨¦e, les organisa-
teurs ont reu 1.274 films,
avec deux nouveaux pays
participants, le Montenegro
et le Kosovo. Ils en ont rete-
nus quatre-vingt trois ¨¤ voir
dans diff¨¦rents lieux. A l¡¯af-
fiche, l¡¯incontournable Com-
p¨¦tition Europ¨¦enne avec une
s¨¦lection de trente-huit films
projet¨¦s au Rialto du mercredi
au samedi. D¡¯autres comp¨¦ti-
tions rel¨¨vent du m¨ºme int¨¦-
r¨ºt, Exp¨¦rience 2013 (¨¤ la Villa
Arson), Courts d¡¯ici et Courts
d¡¯animation (au MAMAC et
au Mercury). Le genre cin¨¦-
matographique montant en
puissance d¡¯ann¨¦e en ann¨¦e
et se r¨¦v¨¦lant un vrai tremplin
vers le long, le festival a invit¨¦
le r¨¦alisateur David Perrault
pour en d¨¦battre. Dans le
m¨ºme esprit, une journ¨¦e
professionnelle, le Nice Short
Meeting, est organis¨¦e le 18
octobre. Le public ne man-
quera certainement pas ses
rendez-vous avec Scopitone
et Crossing Borders, avec les
nombreux ¨¦v¨¦nements musi-
caux hors les murs et un cin¨¦-
concert en relation directe
avec l¡¯invit¨¦ d¡¯honneur, le
Danemark, auquel le festival
consacre un superbe focus
cin¨¦matographique. Quant
aux scolaires, ils auront droit
¨¤ quelques gourmandises
tout ¨¤ fait r¨¦jouissantes.
Jolle Baeta
Du 15 au 20 octobre.
www.nicefilmfestival.com
Cin¨¦ma >
Avec Un festival c¡¯est trop court !,
le court m¨¦trage est roi ¨¤ Nice
La s¨¦lection 2013 propose quatre-vingt trois films
venus de nombreux pays.
H
Grce ¨¤ H¨¦liotrope, La Septi¨¨me Salle et
l¡¯Agence du Court M¨¦trage, le public peut
cette ann¨¦e voter pour les courts m¨¦trages
qu¡¯il souhaite voir en salle lors d¡¯une
s¨¦ance unique le 20 octobre au Mercury.
itu¨¦ au car-
refour de
la
danse
classique et des
d a n s e s o r i e n -
tales, Marco Polo
de Luciano Can-
nito permet aux
danseurs d¡¯expri-
mer un langage
acad¨¦mique vir-
tuose et de se
fondre en m¨ºme
temps dans une
gestuelle exquise
¨¦vo quan t
de
lointains rivages.
Marco
Polo
met en sc¨¨ne le
c¨¦l¨¨bre explo-
rateur v¨¦nitien,
invit¨¦ ¨¤ la cour
de l¡¯empereur Kublai Khan afin qu¡¯il lui raconte ses
r¨¦cents voyages.
S¡¯¨¦tant librement inspir¨¦ du roman Les villes
invisibles d¡¯Italo Calvino publi¨¦ en 1972, Luciano
Cannito a cr¨¦¨¦ une situation tendue tout ¨¤ fait excep-
tionnelle pour donner vie ¨¤ son ballet. Deux hommes
que tout oppose confrontent leurs visions du monde
dans une discussion qui s¡¯envenime peu ¨¤ peu. Le
conflit est in¨¦vitable. On imagine ais¨¦ment, pour le
chor¨¦graphe, la richesse expressive d¡¯une telle situa-
tion. Quelle danse inventer pour rendre compte de
cette sublime confrontation ? Comment traduire en
mouvement l¡¯attitude de cet empereur qui a oubli¨¦
jusqu¡¯¨¤ son statut de simple mortel ? Quels gestes
conviennent ¨¤ ce Marco Polo qui se r¨¦jouit d¡¯explo-
rer un monde fluctuant et insaisissable ? C¡¯est l¨¤ tout
le d¨¦fi de ce ballet.
Christian Jarniat
A l¡¯Op¨¦ra de Nice du 4 au 13 octobre 2013.
R¨¦servation 04.92.17.40.79
Danse >
Marco Polo par
le Ballet Nice M¨¦diterran¨¦e
avec Eric Vu-An
S
Jaussein