Sophia : ouverture imminente du Data Institute

José Massol, Président de l’Institut, justifie l’implantation du DSTI sur la Côte d’Azur par «l’attachement de ses fondateurs au développement de Sophia-Antipolis et du territoire».

José Massol, Président de l’Institut, justifie l’implantation du DSTI sur la Côte d’Azur par «l’attachement de ses fondateurs au développement de Sophia-Antipolis et du territoire».

L’Institut d’enseignement supérieur privé va préparer de jeunes diplômés aux nouveaux métiers de la data science.

Top départ pour le Data ScienceTech Institute (DSTI) de Sophia-Antipolis. La rentrée officielle aura lieu le 12 octobre sur l’antenne parisienne et le 14 octobre sur le site de Sophia avec une vingtaine d’étudiants dans chacune des promotions. Le campus azuréen occupe d’anciens locaux d’Amadeus au 950, route des Colles, non loin de l’INRIA et du campus Sophia Tech.

1.600 heures de formation

«La digitalisation croissante de nos vies fournit un grand nombre de données qu’il faut ensuite rendre «intelligentes». Exploiter ces données nécessite un savoir-faire»  constate José Massol, président de l’institut, a l’origine de ce lancement aux côtés de Sébastien Corniglion et Léo Souquet. Des entreprises sont déjà positionnées sur le secteur de la data, mais le marché reste émergent et manque d’ingénieurs spécialistes.

Le Data ScienceTech Institute pare à cette problématique en formant aux métiers de data scientist designer (à Paris) et d’analyste big data (à Sophia). D’un côté des spécialistes dans la conception de logiciels big data et de l’autre, des experts de la compréhension des outils déjà commercialisés. «C’est un programme de formation très dense avec 1.600 heures réparties sur quatorze mois ou bien sur deux ans en alternance, détaille José Massol.  Les élèves devront avoir un très bon background scientifique

Le DSTI fait appel à un corps professoral international : «il y aura une quarantaine d’enseignants vacataires sur chaque campus. Des profils internationaux de premier plan, attirés par le projet et la pertinence de notre approche.» L’Institut a également tissé des partenariats à haute valeur ajoutée (SAS France, SFR, Amazon, Nvidia, Microsoft, Ebiznext…). «Cette formation attire beaucoup de jeunes, y compris des filles, souligne le président du DSTI. Il y a aussi des spécialistes des mathématiques, heureux de pouvoir trouver une autre voie que la recherche universitaire. L’Institut est un renouveau pour les statisticiens.» Et un atout de plus pour l’écosystème numérique azuréen.
https://www.datasciencetech.institute/fr/

Pierre-Olivier Burdin

This Post Has Been Viewed 9 Times